PERMAFRANCE

Le permafrost se définit comme un sous-sol gelé en permanence. Il se rencontre aux hautes latitudes, mais aussi aux hautes altitudes en montagne. Dans les Alpes, on le trouve au-dessus de 2500 m environ, et il peut concerner des formations superficielles ou des parois rocheuses. L’Observatoire PermaFrance se concentre sur le suivi du permafrost de montagne dans les Alpes françaises.

Objectifs

Le permafrost est un des éléments de la cryosphère alpine, et il est affecté par le réchauffement atmosphérique. L’observatoire PermaFrance vise donc à déterminer comment le permafrost alpin évolue par rapport au climat, du point de vue thermique, mais aussi de la dynamique des processus liés au permafrost et des risques naturels liés à sa dégradation. Les temps de réaction du permafrost étant considérés comme très longs, PermaFrance vise un suivi à long terme (plusieurs décennies).

L’observatoire PermaFRANCE est le contributeur national français au GTN-P (Global Terrestrial Network for Permafrost), la composante permafrost du GCOS/GTOS.

Implantations

L’observatoire PermaFrance vise un suivi du permafrost à différents niveaux d’altitude et dans différentes configurations. Il comporte plusieurs volets :
- suivi du permafrost de haute altitude en parois rocheuses (concentré dans le massif du Mont-Blanc) ;
- suivi du permafrost dans les formations superficielles, principalement les glaciers rocheux (plusieurs sites répartis dans les Alpes) ;
- suivi des taches de permafrost sporadique à basse altitude dans les éboulis froids (plusieurs sites répartis dans le Jura et les massifs subalpins et alpins).

Paramètres mesurés

  • des mesures de température : profils en forages ( 1 forage vertical profond de 100 m, deux forages dans un glacier rocheux, trois forages horizontaux en parois rocheuses), température de subsurface (sur parois rocheuses et sur formations superficielles) ;
  • des observations de la dynamique des processus : mesures de déplacements de glaciers rocheux, observation d’écroulements rocheux, suivis d’évolutions de parois rocheuses ;
  • des inventaires : glaciers rocheux, écroulements en haute montagne, éboulis froids.

Implication de l’OSUG

Dans le projet PermaFrance, le laboratoire PACTE s’est spécialisé dans l’étude du permafrost au niveau des glaciers rocheux, en collabration avec EDYTEM et IRSTEA, et les étudie sur 4 sites de mesure dans les Alpes. Enfin, le laboratoire est le responsable de la coordination du réseau PermaFrance.
Certains sites sont situés dans le périmètre de la SAJF, et font partie intégrante de la stratégie d’observation du site élargi du Lautaret.

Collaborations

L’observatoire PermaFRANCE est porté par le laboratoire PACTE (UGA/CNRS/Science Po Grenoble). A Chambéry, le laboratoire EDYTEM (USMB/CNRS) est actif depuis 2005 dans l’étude et le suivi du permafrost en parois rocheuses dans le massif du Mont-Blanc. Leur rôle est donc d’apporter des données sur l’évolution des parois rocheuses afin de permettre d’établir des zones de vulnérabilité nouvelles dues à l’évolution du permafrost.
Le Parc National des Ecrins, IRSTEA, l’ARPA Valle d’Aosta et le bureau d’études SAGE/ADRGT contribuent au suivi de certains sites. Des partenariats ont été mis en place avec les services RTM pour les inventaires de glaciers rocheux, et avec les guides et gardiens de refuge du massif du Mont-Blanc pour le suivi des écroulements rocheux.
Le suivi des éboulis froids (suivi thermique et botanique) fait l’objet d’un réseau séparé, piloté par le Conservatoire Botanique National Alpin, et inclut le laboratoire PACTE, IRSTEA, l’ONF et des gestionnaires de sites naturels (PN, PNR, Natura 2000,…).

Site de PermaFrance

Coordination : Philippe Schoeneich (Pacte/OSUG) | philippe.schoeneich[at]univ-grenoble-alpes.fr